JSU-152 / ISU-152 Brent Dietrich

Publié le par tank48.over-blog.com

Le blindé soviétique JSU-152 (ou ISU-152) a été introduit dans l'Armée Rouge en 1943, il était armé d'un canon de 152mm. Ce canon automoteur basé sur le char JS-2 "Staline" était surnommé "le tueur d'animaux" pendant la Seconde Guerre Mondiale a cause des nombreux chars allemands Tigre et Panther détruits.

 

Image8.jpg

 

Le modèle présenté ici est un kit en résine de chez Brent Dietrich du début des années 2000. Le montage des chenilles rigides est assez délicat, les roues sont difficiles à fixer sur leurs supports. Le niveau des détails est moyen vu le prix (neuf: environ 70 euros) et la résine n'est pas de très bonne qualité comparé à d'autres artisans.

J'ai opté pour une simple peinture verte (Humbrol 114) avec des bandes blanches typiques de la fin de la 2eme GM (pour permettre l'identification par les avions). Les decals proviennet d'un autre kit, aucun n'étant fourni avec celui-ci.

 

 Image6.jpg

 

Ce kit n'est pas le meilleur comparé à celui de Gasoline et malgré le faible nombre de pieces, je ne le recommanderai pas pour les debutants.

 

 

 

The soviet tank JSU-152 (or ISU-152) was introduced in the Red Army in 1943, it used a 152mm gun. This self propelled gun based on the JS-2 "Stalin" tank was nicknammed "Animal killer" during WW2 due to the amount of german Tiger and Panther tanks destroyed.

 

This model is a Brent Dietrich resin kit from the early 2000's. The rigid tracks are difficult to mount, also the wheels are hard to glue on the axes. The detail level is medium considering the price (around 70 euros) and the quality of the resin is low compared to other artisanal makers.

I used a green paint (Humbrol 114) with white strips used in the end of WW2 (used for aerial identification). As no decals were provided, i used decals from another soviet tank kit.

 

This kit is not the best ISU-152 compared to the one from Gasoline and despite the low number of parts, i would not recommand this kit to beginners.

 

Publié dans brent dietrich

Commenter cet article